LE NON-JUGEMENT, UNE ATTITUDE THÉRAPEUTIQUE INDISPENSABLE

JUGER…

J’aimerais tout d’abord rappeler que le verbe « juger » revêt plusieurs sens, parmi lesquels :

  1. Porter sur quelqu’un, quelque chose, un jugement de valeur.
  2. Penser, estimer, avoir tel avis sur quelque chose.
  3. Se déterminer, prendre position sur quelque chose.

Il est bien clair que nous sommes appelés à exercer notre jugement, dans le sens d’avoir un avis sur un sujet, de discerner, ou de peser le pour et le contre. Cependant, en tant que personnes chrétiennes et/ou engagées dans la relation d’aide, nous devons nous garder de porter un jugement de valeur, un regard qui enfermerait l’autre dans une boîte et le ou la condamnerait.

Peut-être plus facile à dire qu’à faire ?
Ne sommes-nous pas enclins à juger autrui ? Son apparence et son langage non verbal nous donnent déjà des informations partielles et nous pouvons être tentés d’en tirer des conclusions hâtives. Le reproche déguisé ou la consolation à bon marché sont aussi de l’ordre du jugement : « Tu pourrais être contente dans ta situation », « A ta place, j’aurais fait ceci ou cela », ou encore « Ce n’est pas si grave, ça passera… ». Se culpabiliser ou se reprocher sans cesse de ne pas avoir fait mieux revient à se juger soi-même.

… OU NE PAS JUGER

L’attitude de non-jugement implique que j’accueille une personne telle qu’elle est, sans préjugé, que j’écoute ce qu’elle me dit jusqu’au bout en étant capable d’aller « dans son monde », dans l’acceptation de ses choix qui ne sont pas toujours ceux que j’aurais faits moi. Cela sous-entend que je lâche l’envie d’avoir raison, la pensée que je sais « pour l’autre », mais cela n’empêche pas de lui partager ma vision des choses ou le prochain pas que je pressens dans son cheminement lors d’un entretien. C’est une qualité d’écoute, mais aussi une qualité de regard : comment est-ce que je regarde l’autre, qu’est-ce que je lui renvoie lorsqu’il/elle me confie ses difficultés, ses failles, ses égarements. Est-ce que je reflète le regard d’amour inconditionnel de Dieu ? Jésus n’avait aucun doute quant à son identité. Il savait qui Il était et d’où Il venait et, de ce fait, il n’était ni insécure ni vulnérable quand survenait une situation difficile.

LA PAROLE DE DIEU NOUS INTERPELLE

Jésus dit : « Vous jugez selon la chair ; moi, je ne juge personne. Et si je juge,  jugement est vrai, car je ne suis pas seul ; mais le Père qui m’a envoyé est avec moi » (Jean 8.15-16). Ou encore : « Ne condamnez pas les autres, pour ne pas être vous-mêmes condamnés. » (Matt. 7.1) S’ensuit l’image de la poutre ( dans notre oeil ) et de la paille ( dans l’oeil de notre frère ) et l’exhortation à commencer par retirer la poutre de notre oeil… En effet, juger l’autre, c’est souvent faire preuve d’aveuglement sur sa propre situation. Or, étant au bénéfice de la grâce de Dieu, nous sommes appelés à manifester cet accueil véritable dans nos relations avec les autres.

LE NON-JUGEMENT, UNE ATTITUDE THÉRAPEUTIQUE INDISPENSABLE

Toute personne souhaite ne pas être jugée, être acceptée telle qu’elle est, d’autant plus lors d’un entretien. Qu’il est bon d’être au bénéfice de l’écoute de quelqu’un qui ne pose ps de jugement ! C’est une attitude tout à fait essentielle pour que la confiance règne dans la relation thérapeutique, mais également dans toute autre relation !

 

Aurélie Winter
Praticienne en relation d’aide

Nuage de mots-clés

Nous avons 148 invités et aucun membre en ligne

plan du site sitemap.html