Les silences de Dieu

La relation d’aide a pour champ d’action non le physique, mais le psychologique et, pour les thérapeutes et les patients d’obédience chrétienne, le spirituel. Lorsque les personnes aidées le demandent, la prière fait donc partie des outils pouvant contribuer à retrouver un équilibre de vie.

Prier demande de la persévérance, de la conviction et surtout de l’espérance. Croire que Dieu peut intervenir au plus profond de la personne, qu’Il peut changer le cours des choses, exige un solide capital de foi. Et, parfois, la réponse tant attendue tarde à venir, les prières les plus assidues et ferventes semblent rester sans résultat.

Les exemples de croyants qui crient à Dieu ne sont pas rares dans la Bible, Job étant l’un de ceux-ci. Etre confronté à ce qui apparaît comme un silence de Dieu représente une épreuve redoutable et déstabilisante, susceptible de remettre en question l’image que nous nous faisons de Lui. Grand médecin des âmes, Il le reste, cependant pas toujours comme nous le souhaiterions.

Il nous demande parfois des acceptations, des renoncements douloureux pour aiguiller notre vie sur les bons rails. Ces étapes de vie difficiles sont aussi destinées à mettre en marche la volonté de la personne, le Tout-Puissant lui disant implicitement, par son inaction apparente : « Vas-y, fais ta part ». Néanmoins subsiste dans certains cas un mystère qu’il serait vain de vouloir expliquer à tout prix, mystère s’inscrivant dans la longue liste de nos « pourquoi ? » sans réponse.

Il n’existe pas de recette simple ni indiscutable quand l’âme est en peine. Mais la présence bienveillante d’une thérapeute constitue un accompagnement précieux sur la voie de la guérison intérieure. C’est à cette tâche à la fois délicate et belle que travaillent sans relâche nos collaboratrices.

Jacques Guignard
Membre du Conseil

Nuage de mots-clés

Nous avons 98 invités et aucun membre en ligne

plan du site sitemap.html